Oli – Doudou – Fich – Gil, Spa à l’heure US, Les Éditions de la province de Liège, 2018

À l’origine de cette bande dessinée, la décision prise au lendemain de la bataille des Ardennes d’établir à Spa un centre de récréation pour la première Armée américaine. Les soldats devaient y passer trois jours avant de franchir le Rhin pour poursuivre la lutte contre la Wehrmacht. L’Hôtel des Bains servit de lieu de séjour pour ces soldats épuisés par de longs mois de combats. Et puis il y avait la possibilité au Casino de rencontrer des filles au moins pour une soirée, de danser, de se détendre.

C’est ce que fit le lieutenant Joseph Pitcher. Il rencontra Marie dont il tomba immédiatement amoureux. Hélas ! Au quatrième jour, il repartit au combat et il fut abattu par un tir de mitrailleuse allemande.

L’album se compose de plusieurs histoires. La deuxième se situe dans le cadre de la Compagnie fermière de Spa monopole, qui servit à mettre en bouteille du Coca-Cola, boisson préférée des G.Is. Et ce fut une découverte pour les habitants.

Le troisième épisode – en noir et blanc – raconte un fait d’armes de la bataille des Ardennes, au cours duquel une unité belge recueillit un chien perdu, qui devint leur mascotte.

La dernière partie se situe dix ans plus tard. Un correspondant de guerre, Hal Boyle, se souvient. Il logeait à l’Hôtel du Portugal, dont la patronne servait des cognac généreux, d’où son surnom de Madame Beaucoup. Dans la Chambre Seez, il se passait des choses étonnantes qui s’expliquent par le stress subi par ces hommes dans ces circonstances.

Les dessins sont remarquables, finement tracés. Au travers de ces différentes séquences, les scénaristes et dessinateurs font revivre divers événements qui animèrent le Recreation Center de Spa. Par rapport à l’écriture, le dessin offre une saisie globale du décor, où chaque détail est soigneusement choisi en fonction du scénario. Quelques planches reproduisent des documents et photos d’époque.

Jacques Goyens