Anne-Marie Wilwerth, Les chants de Jane, n°23, 5 €

Les chants de Jane nous proposent ici une belle anthologie, en 23 pages, de la production poétique d’Anne-Marie Weyers.

Un talent varié, diversifié à l’extrême, qui va de textes d’une grande complexité à d’autres beaucoup plus courts, plus clairs aussi: trobar clar et trobar clus en une seule et même personne. N’oublions pas non plus qu’elle a publié bon nombre de textes qui sont du fantastique le plus pur, et qu’elle est également une artiste peintre de grand talent.

Ainsi, écoutons En abîme, qui est comme une chambre d’échos, visuels autant que sonores:

Au plus profond du puits

Sur un tressage raffiné de nuances

Une subtile gestation se poursuit

Où reflets d’or et lavis de nuages

Tracent d’une infinie patience

L’ultime épure de l’âme

Un peu plus loin, L’enfant du ciel, nous transporte, lui aussi, en pleine féérie de couleurs et de sons:

Au loin plane un être souriant

Il joue de la flûte modestement

Les étoiles l’accompagnent au triangle

C’est le marin qui passe

L’ombre d’un vaisseau-lune suit sa trace.

Ainsi, chaque strophe, ou presque, est à la fois un tableau, que l’on peut se représenter sans trop de peine, dans un monde calmé, adouci, qui tient à la fois de Poussin et de Puvis de Chavannes, un monde où les couleurs et les sons se péondent, comme le souhaitait Baudelaire.

Alors, laissez-vous entraîner, vous ne le regretterez pas…

 

Joseph Bodson