blog.aidol.asia youngteens.net dvdpornrip.com

A l’occasion de la rentrée littéraire, le 20 septembre 2017, à la Maison des Ecrivains à Bruxelles, Le Non-Dit a proposé un magnifique spectacle, intitulé « A la Table des deux Jean, d’Elsa et de Louis », mené par le comédien-récitant Alain Miniot et le pianiste Roger Hindricq. Ce spectacle, créé à Dourdan le 21 avril 2016, dans le cadre des Voyages du Non-Dit, évoque la vie littéraire à l’époque de Louis Aragon et Elsa Triolet, Jean Cocteau et Jean Marais.  

Après le discours inaugural de la Présidente, Anne-Michèle Hamesse, et la remise des Prix Hubert Krains, Delaby-Mourmaux et Emma Martin par Philippe Leuckx, cette Lecture-spectacle est présentée par Michel Joiret.

Comme l’écrit Thierry-Marie Delaunois, ce spectacle restera dans les mémoires : « Alain Miniot et Roger Hindricq, de singuliers complices pour cette lecture-spectacle. Présentation pleine de verve de Michel Joiret, toute en contrastes. Un texte de qualité, inspiré, aux tonalités chantantes. 


Le répondant du piano tour à tour jovial, classique, jazzique, ludique, africain, avec également un passage dans le style « accordéon » et un effet « tambour » saisissant, le tout d’une théâtralité à capter et même happer les coeurs et les âmes. Les consciences de Cocteau, Aragon, Jean Marais et autres au rendez-vous. Des créateurs, tel Shostakovitch, convoqués séance tenante, tous les ingrédients étaient en effet – et avec effet – présents, l’auditoire cueillant en chemin quelques perles et fleurs aux accents évocateurs : « Quand il est mort, le poète… Il n’y a pas d’amour heureux… Que serais-je sans toi ?… Adieu, adieu… Je chante pour passer le temps… », l’attention subitement redoublée à l’évocation des aléas et autres méandres du mensonge. 

Avez-vous entendu au passage Roland – ou Roger ? – sonner le cor et Rostropovitch faire chanter son violoncelle ? Inspiration, expression et émotion, exaltation et même admiration, sentiments et sensations ne pouvaient qu’éclore au coeur de ce sanctuaire qui reflète la Force de nos Lettres, pour s’élever et totalement nous imprégner, voix humaine et piano en parfait accord. Symbiose. Les applaudissements ? Chaleureux, nourris car nous vivions là une performance d’exception que l’on n’oubliera point de si tôt. Bonheur et salle comble. »

Avec la participation de Olivier Ceux et des quatre masques = Michelle Daloze (Jean Marais), Yvette Gelleroy (Elsa Triolet), Monica Salt (Jean Cocteau), Gilberte Eulaerts (Louis Aragon). Costumes créés par Mireille Dabée.

Photos du spectacle : Anita De Meyer.