Ziska Larouge, Le Goût de tuer, Editions Lamiroy (Collection Opuscule)

Avec un titre aussi génial, on ne peut s’attendre qu’à quelque chose d’incroyable…
(Ici, le mot « incroyable » est un bel euphémisme.)
Dès le départ, on se laisse emporter par la trame de l’histoire. Au programme :
un tueur en série (classé psychopathe) , une superbe fille, une fille étonnante… et un chat.
Un quatuor pour nous embarquer dans une folle aventure.
Comme le fait d’accompagner les faits et gestes du tueur ; partager l’intimité de la fille étonnante ; se retrouver sur nos
fesses à la fin de l’histoire…
Bref, inutile d’en dire davantage. La partition est bien ficelée…
Ah si, encore une petite chose : le clin d’oeil à la musique est particulièrement bien joué.
Le La est lancé, la suite se passe dans le Goût de tuer…

 

Gaetanb Faucer